Hommage à Henri Tomasi organisé par « Marseille-Concerts »
au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
25 octobre 2013 │ Marseille


Hommage à Henri Tomasi au MuCEM

Programme de « MARSEILLE-CONCERTS », texte de Claude Tomasi

 

 

 

 

De sa jeunesse marseillaise à sa disparition à Paris, Henri Tomasi n’a cessé d’être à l’écoute de ce « chant du monde » que nous font entendre les trois œuvres au programme.

Cyrnos, composé durant l’été 1929 en Corse, à Loreto di Casinca, est doublement un chant d’amour : à l’Ile de Beauté de ses origines, et à sa jeune épouse, Odette Camp à laquelle il dédie ce « poème symphonique avec piano principal », presque simultanément transcrit par lui-même pour deux pianos. C’est la version interprétée ce soir. Les mots qu’il plaça en exergue à sa partition en apportent le plus éloquent des commentaires : « Cyrnos exprime les sentiments personnels de l’artiste qui tressaille au souvenir de son pays. Il se laisse inspirer avec volupté par l’âme collective d’une race qui s’exhale avec sincérité du joyeux tumulte d’une tarentelle ou de la tristesse douloureuse d’un vocero. Il se penche avec amour sur ces deux seuls berceaux, s’en empare et symbolise toute l’âme corse. » H. Tomasi.

De presque dix années plus tardif, le Trio à cordes, a été composé au cours de l’année 1938, où la notoriété de Tomasi est largement affirmée, aussi bien en tant que chef d’orchestre que comme compositeur : il fait partie du groupe de musique contemporaine « Triton », son ballet Les Santons est créé à l’Opéra de Paris, il écrit la musique du film Légions d’Honneur qui obtient un grand Prix du Cinéma, il compose d’autres œuvres, le Concert champêtre, la Ballade pour saxophone dont le succès se prolonge toujours. Le Trio à cordes, relève de cette brillante écriture de jeunesse, qui, pour séduisante qu’elle soit révèle aussi sa profondeur en des phrases s’élevant en vrai chant de l’âme. Peu de trios à cordes voient le jour dans cette période, et celui de Tomasi a une originalité certaine.

Mais la vie avance et en 1966, l’adhésion de Tomasi à la pensée de Camus est si totale qu’il choisit de mettre en musique Retour à Tipasa, l’un des essais de L’Eté. C’est l’ultime texte qu’il confia à la voix. La candeur de la jeunesse est dissipée : le chant du monde est aussi le champ du monde, – avec ses abominations. En célébrer la beauté, ne peut plus avoir de légitimité qu’à l’intérieur d’une conscience élargie, globale, et donc politique : « Je redécouvrais à Tipasa qu’il fallait garder intactes en soi une fraîcheur, une source de joie, aimer le jour qui échappe à l’injustice, et retourner au combat avec cette lumière conquise. » S’enivrer de la multiple splendeur du monde n’a de sens que pour y trouver la force de rendre ce monde plus humain, – tel est le message universel de la « cantate profane » Retour à Tipasa. La version pour claviers et percussions présentée ici est une transcription par Gérard Lecointre du manuscrit originel pour orchestre

L’écoute de la parole de Camus en est rendue plus aigüe, sans que l’osmose parfaite existant entre la musique et le texte soit perdue. Ce sont les « Amis de Saint-Victor » qui donnèrent en 1985 la création mondiale de la partition écrite par Henri Tomasi, auquel fut alors remise à titre posthume la Médaille de la Ville.

De 1966 à 1971, mon père honora pendant cinq années encore « l’engagement de Tipasa » en composant le Concerto de guitare à la mémoire d’un poète assassiné, F.G. Lorca, la Symphonie du Tiers-Monde, le Chant pour le Vietnam. Aucun autre lieu que le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée ne pouvait être plus emblématique pour rendre hommage et à Tomasi et à Camus. Que toute ma reconnaissance soit exprimée à « Marseille-Concerts » et au MUCEM.

Claude Tomasi

***

Programme

·  Cyrnos

·  Trio en ut en forme de divertissement (Prélude, Nocture, Scherzo, Final)

·  Retour à Tipasa

Nathalie et Fabrice Lanoë – piano

Ensemble Pythéas – violon, alto, violoncelle

Daniel Mesguich – récitant

Chorale Anguelos – chant

Alexandre Régis – clavier, percussions

***

MuCem : voir ici   /   Marseille-Concert : voir ici

***

Presse :

– Télérama (24 octobre 2013) : « Hommage à Henri Tomasi »

par Gilles Rof : voir ici

– Qobuz (21 octobre 2013) : « La musique de Tomasi résonne au MuCEM »

par Max Dembo : voir ici

– La Marseillaise (27 octobre 2013) : Marseille-Concerts « Très belle soirée à thème »

par Gisèle Laval : voir ici

X