«J’ai honte de manger à ma faim quand je vois et je lis tout ce qui se passe dans ce mauvais monde, et il m’est impossible de n’être pas révolté»

(Extrait d’une lettre du 28 novembre 1970)

2019 : vers le CINQUANTENAIRE de 2021 !

En cet instant ce n’est pas la beauté de la nature méditerranéenne que contemple Henri Tomasi : il ne peut détacher son esprit des dernières injustices du monde. C’est cette révolte qui va transformer son écriture des dix dernières années, et c’est ce qui reste à découvrir en 2021 à l’occasion du cinquantenaire de sa mort.

Car si l’audience internationale de sa musique est remarquablement vivante (dans quelque 40 pays), elle ne concerne pourtant qu’une poignée de partitions et presque uniquement celles pour cuivres et instruments à vent. Il est temps de rendre célèbres d’autres œuvres que les Concertos pour trompette, trombone, saxophone, les Fanfares liturgiques…

Le temps est venu de révéler les chefs d’œuvres des années 1960-70 dont les thèmes sont au cœur de notre actualité, qu’il s’agisse de la quête de sens comme de la responsabilité devant l’Histoire.

Les interrogations existentielles de Tomasi lui avaient déjà inspiré : Don Juan de Mañara – drame lyrique d’après le poète mystique Oscar de L. Milosz, L’Atlantide – drame lyrique et chorégraphique d’après le roman de Pierre Benoît, la 1ère Symphonie (l’Apocalypse), le Requiem pour la paix.

Mais c’est un langage nettement plus contemporain qui caractérise toutes ses œuvres engagées : L’Éloge de la folie, ère nucléaire – jeu satirique, lyrique et chorégraphique, texte de Daniel Mesguich, Le Silence de la mer – drame lyrique d’après le récit de Vercors sur la Résistance, la Symphonie du Tiers-monde  – d’après un texte d’Aimé Césaire, le Chant pour le Vietnam – d’après un texte de J.-P. Sartre présentant des photos de Roger Pic, ses concertos pour cordes, notamment le Concerto pour violon (périple d’Ulysse) et le Concerto pour guitare à la mémoire d’un poète assassiné, F.G. Lorca.

La «cantate profane» Retour à Tipasa – d’après L’Été d’Albert Camus est l’œuvre la plus emblématique de son «humanisme méditerranéen», idéal de lumière et de combat pour un monde plus juste.

Et pour ne rien perdre de l’actualité, n’hésitez pas à nous suivre sur le facebook de l’Association Henri Tomasi

***

LIVRE « Henri Tomasi, du lyrisme méditerranéen à la conscience révoltée »

Actes du Colloque musicologique international aux PUP en décembre 2015

***

THÈSE « Un compositeur français au miroir de sa correspondance, Henri Tomasi »

Soutenance de la thèse de Doctorat en musicologie de F. Ducros-Malmazet en février 2016

Présentation de la thèse

***

ACTUALITÉS 20132014201520162017 (listes non exaustives)

Plus de détails, et les années précédentes, sous l’onglet EVÉNEMENTS

***

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE, DANSE,

D’ART DRAMATIQUE DE CORSE HENRI TOMASI

Site du Conservatoire

***

Extraits musicaux

Vidéo

 

X